Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Soutenance de thèse de Artem Aguichine

22 novembre à 9h30 - 12h30

« Retracer le parcours des composés volatils : des disques circumstellaires aux intérieurs planétaires »

La soutenance sera en anglais et voici le lien pour la retransmission en zoom: 
https://univ-amu-fr.zoom.us/j/89671630809?pwd=Q2Jhbkd5cWZHU3VuS3lyVUVrWGhyQT09

 

Résumé:

Les composés volatils constituent non seulement une part considérable des briques élémentaires pour la formation des planètes, mais sont également indispensables à la naissance de la vie. Comprendre leur redistribution dans les disques protostellaires donne des indice sur les mécanismes de formation planétaire, permettant ensuite de prédire l’habitabilité des (exo)planètes. Mes travaux consistent à modéliser numériquement les phénomènes physique se produisant à des échelles planétaire pour expliquer les observations.

J’ai développé un modèle numérique de la nébuleuse protosolaire (PSN) qui simule son évolution radiale (modèle 1+1D) dans le temps. Ce modèle résout numériquement l’équation d’évolution radiale du gaz de H2-He dans le formalisme des disques alpha-visqueux. Ce modèle résout ensuite l’équation de transport radial des composés volatils et réfractaires, en incluant les changements d’états solide pur—gaz. Les planètes étant formées à partir de la matière contenue dans la PSN, la comparaison entre les résultats de mon modèle et les données observationnelles donne des contraintes sur les temps et lieux de formation des différents corps du système solaire.
Dans les intérieurs planétaires, la matière est soumise à des conditions de pression et de température extrêmes, très différentes de celles dans la PSN. J’ai implémenté plusieurs nouveaux phénomènes physiques à un modèle de structure interne pré-existant pour étendre son domaine d’application aux planètes océan fortement ensoleillées (IOP). Ce modèle étendu permet d’estimer le contenu en eau possible dans les exoplanètes pour lesquelles il existe peu de données spectroscopiques. Certaines compositions sont toutefois exclues, car leurs enveloppes d’eau hypothétiques seraient instables face aux mécanismes d’échappement atmosphériques. Les planètes stables forment alors une population de candidats aux mondes habitables.

Jury members:

Anders JOHANSEN, University of Copenhagen – Referee
Thibault CAVALIÉ, Laboratoire d’Astrophysique de Bordeau – Referee
Jonathan I. LUNINE, Cornell University – Examiner
Pierre VERNAZZA, LAM – Examiner
Ravit HELLED, University of Zurich – Examiner
Magali DELEUIL, LAM – President

PhD supervisor:

Olivier MOUSIS, LAM

Détails

Date:
22 novembre
Heure :
9h30 - 12h30
Catégorie d’Évènement: