lam25 lam2 lam1 lam3 lam4 lam5
Accueil | Annuaire | English | Intranet | Webmail | Dircom |
Accueil > Les actualités > Une des facettes de l’astronomie marseillaise à découvrir

 Une des facettes de l'astronomie marseillaise à découvrir

Publié le 27 janvier 2017

Grâce à ce clip réalisé à l’occasion des phases d’intégration et de tests de trois instruments majeurs pour l’astronomie, le Laboratoire d’Astrophysique de Marseille vous dévoile une des facettes importantes de l’astronomie contemporaine en vous faisant découvrir son grand hall technique, un espace impressionnant en environnement propre.



Les grands défis de l’astrophysique du 21ème siècle nécessitent des instruments d’observation à la pointe de la technologie au sol et dans l’espace.
Les astronomes provençaux s’investissent de longue date dans la conception et la réalisation de ces instruments qui leur permettent de conduire des programmes de recherche ambitieux.
Les équipes du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (LAM)[1] ont ainsi acquis des savoir-faire, parfois uniques en Europe, qui leur confèrent une place de premier plan au niveau international. Cette expertise avérée a conduit l’Université Aix-Marseille, le CNRS et le CNES, en partenariat avec les collectivités régionales et l’Europe à soutenir son important projet d’infrastructures techniques
Depuis, les activités de développement instrumental portées par le LAM ne cessent de monter en puissance. Le grand hall d’intégration du LAM connaît une activité sans précédent avec trois instruments majeurs pour l’astronomie internationale en phase d’intégration et de tests :

  • l’instrument NISP [2] (pour Near-Infrared Spectrograph and Photometer), dont le LAM est maître d’œuvre pour le consortium de la mission EUCLID de l’Agence Spatiale Européenne (ESA)
  • le spectrographe PFS [3] (pour Prime Focus Spectrograph) conçu et réalisé pour le télescope Subaru installé à Hawaii, capable d’observer 2400 galaxies simultanément.
  • l’instrument FIREBall [4], un spectrographe multi-objet observant dans l’UV installé sur une plateforme portée par un ballon stratosphérique.

A cette occasion, le LAM vous invite à un voyage en images (voir les liens ci-dessous) afin de vous faire découvrir ce grand hall de 400 m², rarement accessible au public, dédié à la construction instrumentale pour l’astronomie sol et spatiale, et sa grande cuve ERIOS [5] qui reproduit les conditions du vide de l’espace.

Ainsi, grâce à ces installations à la pointe de la technologie et à son savoir-faire technique et scientifique, le LAM joue un rôle clé dans les dispositifs européens et internationaux pour la conception et la réalisation d’instruments d’observation de l’univers depuis le sol comme depuis l’espace. Les domaines d’excellence de ses équipes sont l’instrumentation sol, spatiale et ballon allant du domaine ultraviolet à l’infrarouge. Ces développements instrumentaux ont pour objectifs de permettre aux équipes scientifiques du LAM d’étudier les systèmes planétaires, de rechercher les conditions d’apparition de la vie, de sonder l’Univers à grande échelle structuré par les mystérieuses matière et énergie noires.

Clips Vidéos :

Notes :
[1] Le LAM est un laboratoire de l’Université Aix-Marseille et du CNRS, recevant des moyens importants du CNES, situé sur le technopôle de Château-Gombert.
[2] L’instrument NISP fournira des données spectroscopiques et photométriques dans le proche infrarouge dans le cadre de la mission EUCLID dédiée à l’étude de l’énergie noire. La mission Euclid est une des grandes missions du programme Horizon 2020 de l’ESA.
[3] La camera PFS (pour Prime Focus Spectrograph) conçue et réalisée pour le télescope Subaru à Hawaii permettra d’effectuer des relevés massifs des grandes structures de l’Univers et de contraindre les scénarios de formation et d’évolution des galaxies depuis le premier milliard d’années après le Big Bang jusqu’à nos jours.
[4] L’instrument FIREBall, un spectrographe multi-objet observant dans l’UV installé sur une plateforme portée par un ballon stratosphérique, a pour objectif scientifique de mettre en évidence la présence de baryons dans le milieu intergalactique par leur émission diffuse dans l’ultraviolet.
[5] ERIOS est une enceinte à vide de 90 m3 permettant de reproduire les conditions de pression et de température des satellites spatiaux en orbite.



© LAM - Laboratoire d’Astrophysique de Marseille

Pôle de l’Étoile Site de Château-Gombert
38, rue Frédéric Joliot-Curie 13388 Marseille cedex 13 FRANCE

Tél : +33 4 91 05 59 00
Fax : +33 4 91 62 11 90