lam25 lam2 lam1 lam3 lam4 lam5
Accueil | Annuaire | English | Intranet | Webmail | Dircom |
Accueil > Les actualités > Une coma bien visible autour du noyau

 Une coma bien visible autour du noyau

Publié le 1er août 2014


Moins d’une semaine avant l’arrivée de Rosetta sur la comète 67P, les images obtenues par la caméra OSIRIS-NAC, conçue et développée par le Laboratoire d’astrophysique de Marseille (CNRS / Aix-Marseille Université) montrent clairement la présence d’une coma entourant le noyau. Tandis que cette vue par OSIRIS de la coma ne couvre qu’une zone de 150 km, cette dernière s’étend en principe bien plus loin. La zone centrale du noyau, plus brillante, se distingue de mieux en mieux.

Figure 1 : La coma de 67P/Churyumov-Gerasimenko telle que visible avec l’imageur OSIRIS.
L’image couvre un zone de 150 kilomètres de côté. Cette image a été prise le 25 juillet 2014. L’assombrissement de la zone centrale et la tâche circulaire à droite sont des artéfacts provenant de la surexposition due au noyau.
Crédit : ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA


Figure 2 : Le noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimernko vue d’une distance de 1950 kilomètres prise le 29 juillet 2014.

Chaque pixel correspond à 37 mètres approximativement. Le cou du noyau (zone centrale) se distingue de plus en plus par sa brillance.
Crédit : ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA

Note(s) :

Rosetta est une mission de l’ESA (avec le support de ses pays membres) et de la NASA. L’atterrisseur Philae de Rosetta est fourni par un consortium composé de l’ASI, du CNES, du DLR et du MPS. Rosetta sera la première mission de l’histoire à aller à la rencontre d’une comète, de l’accompagner dans son voyage jusqu’au Soleil, et d’y poser un atterrisseur.

Le système d’imagerie OSIRIS a été réalisé par un consortium mené par le Max Planck Institute for Solar System Research (Allemagne) en collaboration avec le CISAS, l’Université de Padova (Italie), le Laboratoire d’astrophysique de Marseille, l’Instituto de Astrofísica de Andalucia (Espagne), le CSIC (Espagne), le Scientific Support Office of the European Space Agency (Pays-Bas), l’Instituto Nacional de Técnica Aeroespacial (Espagne), l’Universidad Politéchnica de Madrid (Espagne), le Department of Physics and Astronomy of Uppsala University (Suède), et l’Institute of Computer and Network Engineering of the TU Braunschweig (Allemagne). OSIRIS a reçu le soutien financier du DLR (Allemagne), le CNES, l’ASI (Italie), MEC (Espagne), le SNSB (Suède) et le Directoire technique de l’ESA.

La caméra OSIRIS-NAC, instrument imageur à haute résolution spatiale conçu et développé par le Laboratoire d’astrophysique de Marseille (CNRS / Aix-Marseille Université) en partenariat avec la société ASTRIUM et plusieurs laboratoires européens.

Source(s) :

Contacts chercheur :

Philippe Lamy – Tel : 04 91 05 59 32, Portable : 06 30 14 92 33
Olivier Groussin – Tel : 04 91 05 69 72, Portable : 06 30 14 92 33



Les actualités 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 La composition de Jupiter expliquée par sa formation au voisinage de la zone de sublimation de la glace First CCDs for PLATO delivered Une Super-Terre à seulement 8 années-lumière de la Terre découverte par l'Observatoire de Haute-Provence Les comètes bilobées s’érodent aussi aux confins du système solaire, révélant leur structure interne Les Pouponnières d'étoiles interagissent avec leur environnement au coeur des galaxies massives HARMONI ouvre la voie pour l’exploitation scientifique de l’ELT Mirrors facing Tokamaks’ Plasma The impact crater at the origin of the Julia family detected with VLT/SPHERE ? L'étonnante odyssée des alcalins à l’intérieur de la lune glacée Europe Découverte du plus vaste proto-superamas de galaxies Découverte d’une nouvelle exoplanète par l’instrument SPHERE : PDS70b Nouvelle Image de Vesta avec SPHERE Première lumière pour SPIRou, le chasseur d'exoplanètes L’oxygène trouvé dans la comète Tchouri est plus ancien que le Système solaire. Le rôle primordial de Saturne dans la formation des lunes de Jupiter LE CLATHRATE D'AMMONIAC : UNE NOUVELLE PHASE SOLIDE À PRENDRE EN COMPTE POUR TITAN, ENCELADE ET D'AUTRES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE Voeux du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille L’INSTRUMENT SPHERE RÉVÈLE LES PETITS MONDES ROCHEUX ET GLACÉS DE NOTRE SYSTÈME SOLAIRE Un nuage de gaz géant enveloppant une dizaine de galaxies L’origine de l’océan caché d’Europe expliquée par son accrétion à partir de briques centimétriques 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140
© LAM - Laboratoire d’Astrophysique de Marseille

Pôle de l’Étoile Site de Château-Gombert
38, rue Frédéric Joliot-Curie 13388 Marseille cedex 13 FRANCE

Tél : +33 4 91 05 59 00
Fax : +33 4 91 62 11 90