lam25 lam2 lam1 lam3 lam4 lam5
Homepage | Directory | Français | Intranet | Webmail | Dircom |
Home > Les actualités > Motion du Conseil de Laboratoire du LAM concernant le projet de Loi de (...)

 Motion du Conseil de Laboratoire du LAM concernant le projet de Loi de Programmation de la Recherche.

Publication date : 8 September 2020

Les élu(e)s du conseil de laboratoire ont voté à la majorité une motion pour exprimer leur vive inquiétude au sujet du projet de loi de programmation pluri-annuelle de la recherche (LPPR), tel qu’il apparait dans le projet de loi du 7 juin rendu public.



L’attractivité du système de recherche français résulte de son organisation unique basée à la fois sur l’attribution de postes pérennes et d’un soutien de base aux laboratoires permettant d’engager des recherches ambitieuses et innovantes à long terme sans vision a priori du résultat. Or, l’accent mis par la LPPR sur le financement sur projet et les contrats précaires risque de mettre à mal cette force historique du système français. Le futur manque de visibilité à long terme pour les personnels et les financements vont poser des problèmes majeurs pour les grands projets transformatifs de notre discipline qui s’étendent bien au-delà de la décennie.

La création de tenure track va engendrer un prolongement de la période de précarité des jeunes chercheurs. Alors qu’aujourd’hui, il faut en moyenne 5 ans après la thèse pour se stabiliser, cette période d’incertitude va s’étendre au-delà de 10 ans, privant les jeunes chercheurs de toute possibilité de construire des projets à long terme et de prendre des risques face au risque permanent de perdre leur emploi. La non embauche de ces tenure track risque également de provoquer des tragédies humaines en cas de reconversion forcée. Enfin, les embauches tardives tendent à diminuer la diversité des recrutements. Par exemple, les femmes abandonnent en moyenne plus tôt que les hommes pour des raisons familiales.

Nous nous inquiétons également de la destruction progressive de la liberté de recherche avec une disparition progressive des financements récurrents. En effet, le financement sur projet favorise des thématiques à la mode et avec des résultats à court terme (moins de 5 ans pour l’ERC et l’ANR). Or, la crise actuelle montre qu’une concentration majeure des budgets sur quelques thèmes à la mode (à l’instant t) peut échouer à identifier en avance des thèmes de recherche vitaux pour notre avenir. Enfin, ce mode de recherche favorisant la concurrence à la coopération est souvent inefficace (non partage des informations, duplications des efforts) et tend parfois à récompenser des comportements non éthiques (exagération des résultats, course à la publication sensationnaliste rapide et de basse qualité).

Finalement, ce tournant managérial risque d’augmenter encore plus la lourdeur des tâches administratives (recherche de financement, évaluation de ces demandes, processus d’embauche de personnels précaires…), d’autant plus dans un contexte de diminution des recrutements des personnels de support à la recherche (Ingénieur, Technicien et Administratif). Il ne restera alors que peu de temps pour réaliser la recherche, la formation et l’encadrement des jeunes chercheurs, qui devraient demeurer nos missions premières. Enfin, les chercheurs permanents n’ayant plus le temps de s’intéresser aux aspects les plus techniques des projets, nos projets les plus ambitieux sont mis en danger par le départ de personnel précaire (fin de contrat, difficulté de financement, attraction de carrières mieux rémunérées) ainsi que par la perte de leurs connaissances.



Les actualités 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 Cosmic furnace seen by XMM-Newton Le colloque « Ice Giants » (planètes géantes... Surprisingly mature galaxies in the early Universe Les rocklines, berceaux de la matière réfractaire du Système solaire interne Simona Lombardo lauréate du prix Jeunes Talents France Motion du Conseil de Laboratoire du LAM concernant le projet de Loi de Programmation de la Recherche. Could mini-Neptunes be irradiated ocean planets?Et si les mini-Neptunes étaient des planètes océans irradiées? 11 milliards d’années d’expansion de l’Univers révélés Olivier Le Fèvre Premièredétection en rayons X d'une protoétoile jeune. Jean-Luc Beuzit, directeur du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille, lauréat du Grand Prix scientifique de la Fondation Charles Defforey La France livre le spectrophotomètre infrarouge NISP pour la mission spatiale européenne Euclid Le spectrographe Desi ouvre ses 5 000 yeux sur le cosmos pour traquer l'énergie noire Les astronomes observent pour la première fois la poussière diffuse dans le milieu intra-amas de l’amas de la Vierge LAM' Greetings La banquise d’Europe, témoin de l’activité chimique dans son océan ? Un télescope de l’ESO révèle l’existence de ce qui pourrait bien être la plus petite planète naine du Système Solaire La composition de Jupiter expliquée par sa formation au voisinage de la zone de sublimation de la glace First CCDs for PLATO delivered Une Super-Terre à seulement 8 années-lumière de la Terre découverte par l'Observatoire de Haute-Provence 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160
© LAM - Laboratoire d’Astrophysique de Marseille

Pôle de l’Étoile Site de Château-Gombert
38, rue Frédéric Joliot-Curie 13388 Marseille cedex 13 FRANCE

Phone : +33 4 91 05 59 00
Fax : +33 4 91 62 11 90