lam25 lam2 lam1 lam3 lam4 lam5
Accueil | Annuaire | English | Intranet | Webmail | Dircom |
Accueil > Les actualités > Les comètes bilobées s’érodent aussi aux confins du système solaire, révélant (...)

 Les comètes bilobées s’érodent aussi aux confins du système solaire, révélant leur structure interne

Publié le 19 février 2019

Les comètes sont des corps glacés formés au début de l’histoire du système solaire. Depuis restées éloignées du Soleil, elles conservent en elle la mémoire de ce système solaire primordial. Si les comètes peuvent s’éroder lors de passage au voisinage du Soleil, leur évolution géologique reste méconnue. Cependant, une équipe internationale de chercheurs(1) a mis en évidence un nouveau processus d’érosion, dû à la forme même de la comète. En étudiant la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, cible de la mission Rosetta, les chercheurs ont ainsi montré que les comètes dites de « forme bilobée » évoluent principalement par érosion mécanique due aux mouvements de cisaillement d’un lobe par rapport à l’autre. Cette découverte apporte de nouvelles perspectives sur les processus d’érosion des comètes et leur structure interne.



Les planètes du système solaire se sont formées il y a environ 4,5 milliards d’années, par accrétion progressive de corps plus petits, d’une taille variant de de 1 km à plus de 1000 km. Les comètes sont des petits corps glacés de taille kilométrique, qui ont survécu à cette période d’accrétion. Les comètes ont depuis été conservées loin du soleil, au-delà de Neptune, où la température ne dépasse pas quelques dizaines de degrés Kelvin. Dans cet environnement glacé, elles ont pu conserver les propriétés physiques et chimiques du système solaire primordial. Celles-ci contiennent donc des informations essentielles pour comprendre les origines du système solaire et étudier les mécanismes de formation et la composition des planètes. Par ailleurs, les molécules organiques que renferment les comètes sont importantes pour comprendre le rôle qu’elles ont pu jouer dans le développement de la vie sur Terre.
La comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, cible de la mission Rosetta et objet de cette étude, provient de la ceinture de Kuiper, située au-delà de Neptune, où elle est restée depuis sa formation dans un environnement très froid. La forme bilobée du noyau de 67P résulte de l’accrétion de deux objets, qui a probablement eut lieu pendant le premier milliard d’année suivant la formation du système solaire. Les formes bilobées sont courantes pour les comètes et se retrouvent sur plus de la moitié de celles qui ont été visitées par des sondes spatiales. Les images récentes de Ultima Thulé prises par la sonde New Horizon montrent que cette forme bilobée pourrait aussi être commune pour de nombreux objets de la ceinture de Kuiper.
Les comètes sont des corps glacés, qui s’érodent et perdent de la matière lorsqu’elles s’approchent du Soleil. L’étude des processus d’érosion est fondamentale pour comprendre comment ils modifient la forme globale du noyau, et ainsi séparer l’inné (« le primordial ») de l’acquis (« l’évolutif ») pour déterminer dans quelle mesure les comètes contiennent-elles encore des traces du système solaire primordial. L’érosion du noyau cométaire par sublimation des glaces à sa surface est étudiée depuis les années 1950, mais le lien entre érosion et forme globale du noyau n’est toujours bien compris. Quant à l’importance des processus et des structures géologiques dans l’érosion du noyau, c’est un sujet nouveau, très peu étudié.
Cette étude s’appuie sur les images de la comète 67P, prises par les caméras OSIRIS de la sonde spatiale Rosetta (Fig. 1) de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) qui est restée deux ans en orbite autour d’elle. Avec l’exemple de la comète 67P, nous démontrons l’existence et l’importance de l’érosion mécanique pour les noyaux cométaires de forme bilobée. Cette érosion mécanique résulte de leur forme particulière, qui entraine des déformations par cisaillement au niveau de leur cou, la partie joignant les deux lobes. Plus précisément, notre étude tridimensionnelle de plus de 2800 linéaments montre la présence d’un réseau de fractures et de failles formées par cisaillement, sur des échelles décamétriques à hectométriques (Fig. 1). Ce réseau se propage à l’intérieur du noyau, sur plus de 500 m de profondeur, dans un milieu mécaniquement homogène et cassant, i.e. qui n’entrave pas la propagation des fractures.
Le nouveau mécanisme d’érosion mécanique découvert ici est quasi indépendant de la distance au Soleil, puisque lié à la géométrie particulière des comètes bilobées, et a pu ainsi se poursuivre pendant plusieurs milliards d’années, lorsque 67P était dans la ceinture de Kuiper, au-delà de Neptune (Fig. 2). Ce mécanisme n’est pas restreint à 67P et pourrait s’appliquer aux autres comètes bilobées, ainsi qu’à tous les petits corps glacés de forme bilobées de la ceinture de Kuiper. C’est un processus important, qui modèle la forme globale du noyau et sa structure interne, même loin du soleil, lorsque la sublimation de la glace d’eau est négligeable
Les implications sont importantes puisque ce processus d’érosion mécanique pourrait expliquer la fragmentation inexpliquée de certains noyaux cométaires, dont le cou aurait été fragilisé par les fractures, ou encore certains sursauts d’activité à grande distance du soleil, résultant de l’ouverture de nouvelles fractures et le glissement de failles dans le noyau. Ces découvertes montrent aussi que, contrairement à ce que nous pensions, ces petits corps bilobés peuvent être géologiquement actifs, même s’ils résident aux confins du système solaire.

Note(s) :

Les laboratoire français impliqués dans cette étude sont : le Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (LAM, Aix-Marseille Université/CNRS /CNES), le Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement (CEREGE, CNRS/Aix-Marseille Université), et le laboratoire Géosciences Paris-Sud (GEOPS, CNRS/Université Paris-Sud/Université Paris-Saclay).

Source(s) :

C. Matonti, N. Attree, O. Groussin, L. Jorda, S. Viseur, et al. Bilobate comets morphology and internal structure controlled by shear deformation, Nature Geoscience (2019)

Contact(s) :

Christophe Matonti, CEREGE, matonti .at. cerege.fr, 06 67 98 53 52
Olivier Groussin, LAM, olivier.groussin .at. lam.fr, 04 91 05 69 72

Voir en ligne : Communiqué de presse INSU


info portfolio


Les actualités 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 First CCDs for PLATO delivered Une Super-Terre à seulement 8 années-lumière de la Terre découverte par l'Observatoire de Haute-Provence Les comètes bilobées s’érodent aussi aux confins du système solaire, révélant leur structure interne Les Pouponnières d'étoiles interagissent avec leur environnement au coeur des galaxies massives HARMONI ouvre la voie pour l’exploitation scientifique de l’ELT Mirrors facing Tokamaks’ Plasma The impact crater at the origin of the Julia family detected with VLT/SPHERE ? L'étonnante odyssée des alcalins à l’intérieur de la lune glacée Europe Découverte du plus vaste proto-superamas de galaxies Découverte d’une nouvelle exoplanète par l’instrument SPHERE : PDS70b Nouvelle Image de Vesta avec SPHERE Première lumière pour SPIRou, le chasseur d'exoplanètes L’oxygène trouvé dans la comète Tchouri est plus ancien que le Système solaire. Le rôle primordial de Saturne dans la formation des lunes de Jupiter LE CLATHRATE D'AMMONIAC : UNE NOUVELLE PHASE SOLIDE À PRENDRE EN COMPTE POUR TITAN, ENCELADE ET D'AUTRES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE Voeux du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille L’INSTRUMENT SPHERE RÉVÈLE LES PETITS MONDES ROCHEUX ET GLACÉS DE NOTRE SYSTÈME SOLAIRE Un nuage de gaz géant enveloppant une dizaine de galaxies L’origine de l’océan caché d’Europe expliquée par son accrétion à partir de briques centimétriques Inauguration d'un Laboratoire Commun avec le groupe THALES 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140
© LAM - Laboratoire d’Astrophysique de Marseille

Pôle de l’Étoile Site de Château-Gombert
38, rue Frédéric Joliot-Curie 13388 Marseille cedex 13 FRANCE

Tél : +33 4 91 05 59 00
Fax : +33 4 91 62 11 90