lam25 lam2 lam1 lam3 lam4 lam5
Accueil | Annuaire | English | Intranet | Webmail | Dircom |
Accueil > Les actualités > Le colloque « Ice Giants » (planètes géantes...

 Le colloque « Ice Giants » (planètes géantes...

Publié le 9 novembre 2020

Le colloque « Ice Giants » (planètes géantes glacées) qui s’est tenu à Londres en janvier 2020 https://ice-giants.github.io était l’occasion de rassembler la communauté internationale pour faire le point sur nos connaissances des systèmes planétaires d’Uranus et Neptune et préparer une future mission d’exploration NASA/ESA ambitieuse de l’un et/ou l’autre de ces systèmes frères. Un numéro spécial de la revue « Philosophical Transactions A » de la prestigieuse Royal Society, paru le 9 Novembre 2020, a formalisé cet effort avec une vingtaine d’articles à relecteurs publiés, dont un article de revue sur les processus auroraux d’Uranus et Neptune (Figure 1) et un article présentant des résultats nouveaux sur les conditions de formation des blocs de construction des deux géantes glacées en accord avec nos connaissances de leur composition, écrits par des chercheurs du LAM [1,2].



Uranus et Neptune occupent une place à part dans notre système solaire. Planètes les plus éloignées du Soleil, orbitant respectivement à 19 et 30 UA, dotées d’une masse de 14 et 17 masses terrestres, un coeur rocheux étendu, une activité nuageuse variable, des anneaux fins, un cortège complexe de satellites, et enfin un champ magnétique très incliné produisant une magnétosphère asymétrique, elles ne ressemblent ni aux planètes telluriques ni aux planètes géantes gazeuses. Las, contrairement aux autres planètes, ni Uranus ni Neptune n’ont pour l’heure eu l’honneur d’une mission d’exploration orbitale dédiée, si bien que notre connaissance de ces objets repose encore sur les observations obtenues lors de leur seul survol par la sonde Voyager 2, respectivement en 1986 et en 1989, ainsi que par les observations à distance menées par les télescopes sol ou en orbite terrestre depuis lors. Leur exploration in situ étendue est donc un enjeu actuel majeur pour les agences spatiales, pour finaliser le pavage de notre connnaissance des systèmes planétaires du système solaire, avec des implications pour la compréhension des systèmes exoplanétaires.

La communauté française est mobilisée depuis une dizaine d’années pour soutenir différents projets de mission d’exploration in situ de la magnétosphère, de l’atmosphère, des lunes et des anneaux des géantes glacées, avec le soutien du CNES. Une sélection d’un projet de mission est espérée d’ici à 2022 (Planetary Decadal Survey NASA en cours, étude de faisabilité ESA).

Références :
[1] L. Lamy, Auroral emissions from Uranus and Neptune, Philosophical Transactions A of the Royal Society, Volume 378, Issue 2187, 9 Nov. 2020, doi.org/10.1098/rsta.2019.0481
[2] O. Mousis, A. Aguichine, R. Helled, P. G. J. Irwin et J. I. Lunine, The role of ice lines in the formation of Uranus and Neptune, Philosophical Transactions A of the Royal Society, Volume 378, Issue 2187, 9 Nov. 2020, doi.org/10.1098/rsta.2020.0107


info portfolio


Les actualités 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 Cosmic furnace seen by XMM-Newton Le colloque « Ice Giants » (planètes géantes... Des galaxies étonnamment matures dans le jeune Univers Les rocklines, berceaux de la matière réfractaire du Système solaire interne Simona Lombardo lauréate du prix Jeunes Talents France Motion du Conseil de Laboratoire du LAM concernant le projet de Loi de Programmation de la Recherche. Et si les mini-Neptunes étaient des planètes océans irradiées ? 11 milliards d’années d’expansion de l’Univers révélés Olivier Le Fèvre Premièredétection en rayons X d'une protoétoile jeune. Jean-Luc Beuzit, directeur du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille, lauréat du Grand Prix scientifique de la Fondation Charles Defforey La France livre le spectrophotomètre infrarouge NISP pour la mission spatiale européenne Euclid Le spectrographe Desi ouvre ses 5 000 yeux sur le cosmos pour traquer l'énergie noire Les astronomes observent pour la première fois la poussière diffuse dans le milieu intra-amas de l’amas de la Vierge Voeux du LAM La banquise d’Europe, témoin de l’activité chimique dans son océan ? Un télescope de l’ESO révèle l’existence de ce qui pourrait bien être la plus petite planète naine du Système Solaire La composition de Jupiter expliquée par sa formation au voisinage de la zone de sublimation de la glace First CCDs for PLATO delivered Une Super-Terre à seulement 8 années-lumière de la Terre découverte par l'Observatoire de Haute-Provence 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160
© LAM - Laboratoire d’Astrophysique de Marseille

Pôle de l’Étoile Site de Château-Gombert
38, rue Frédéric Joliot-Curie 13388 Marseille cedex 13 FRANCE

Tél : +33 4 91 05 59 00
Fax : +33 4 91 62 11 90