lam25 lam2 lam1 lam3 lam4 lam5
Accueil | Annuaire | English | Intranet | Webmail | Dircom |
Accueil > Les actualités > Lancement du satellite Herschel

 Lancement du satellite Herschel

Publié le 14 mai 2009

Jeudi 14 mai, tous les yeux du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (LAM) sont tournés vers la Guyane.



Lancement du satellite Herschel

Jeudi 14 mai, tous les yeux du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (LAM) sont tournés vers la Guyane. C’est en effet depuis la base de Kourou que le satellite Herschel sera lancé dans l’après midi par Ariane 5. Le satellite Herschel est une mission spatiale « infrarouge » de l’Agence Spatiale Européenne dans laquelle les équipes du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille sont fortement impliquées. Elles ont en effet pris une part active dans la réalisation d’un des instruments d’observation embarqués sur le satellite et attendent à présent avec impatience les données que le satellite va leur transmettre et qui leur permettront de percer encore un peu plus les secrets de notre Univers.
Quatrième pierre angulaire du programme HORIZON 2000 de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), le satellite Herschel (anciennement appelé FIRST), avec un miroir primaire de 3,5 mètres de diamètre, sera le plus grand télescope jamais lancé dans l’espace. Herschel sera également le premier observatoire couvrant l’ensemble des domaines infrarouge et submillimétrique (de 60 à 670 microns).
La sonde va être mise en orbite proche du point de Lagrange L2 du système Terre-Soleil. Ce point, situé à 1,5 millions de kilomètres de la Terre, va permettre au satellite d’être protégé des rayonnements du Soleil, de la Terre et de la Lune qui pourraient perturber les mesures et va permettre d’assurer un temps d’observation maximum.
Le satellite a pour mission d’observer les objets célestes obscurcis par la poussière cosmique.
L’émission de cette poussière est observable dans l’infrarouge et le submillimétrique. HERSCHEL produira des images et des spectres dans le domaine infrarouge lointain et submillimétrique de ces sources poussiéreuses. Ces observations ont pour objectif d’étudier la formation et l’évolution des galaxies, le milieu interstellaire et les processus de formation des étoiles et des planètes ainsi que le système solaire.
Les instruments d’Herschel sont le fruit d’une collaboration entre une trentaine d’instituts dans quinze pays. Un large consortium industriel a été chargé de l’étude, de la réalisation et des essais du satellite Herschel sous la conduite de Thales Alenia Space (Cannes) en tant que maître d’oeuvre.
Le CNES a financé, avec le soutien du CNRS INSU et du CEA, les participations des laboratoires français du CNRS et du CEA impliqués dans l’élaboration des 3 instruments embarqués.

Le LAM fait partie du consortium chargé de la réalisation de l’instrument SPIRE (Spectral and Photometric Imaging Receiver). Les scientifiques du LAM ont également fortement contribué à la définition des programmes scientifiques de la mission.
’instrument SPIRE est conçu pour réaliser des observations photométriques et spectroscopiques, dans l’infrarouge lointain et dans des longueurs d’ondes submillimétriques. Le spectromètre de SPIRE comporte en particulier un mécanisme de déplacement des miroirs mobiles très sophistiqué. Le Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (LAM) a été chargé plus particulièrement :

  • de l’étude, de la fabrication et des essais de qualification du mécanisme du spectromètre
  • de l’étude et de la réalisation de l’électronique s’asservissement pour le pilotage des mécanismes de SPIRE,
  • de l’étude du schéma optique et de la fabrication des miroirs du spectromètre et du photomètre.

Pour ces réalisations, les équipes du LAM s’appuient sur une expertise technique et scientifique importante, acquise grâce leur implication dans les précédentes missions spatiales infrarouge (IRAS, ISO, SPITZER et AKARI).
Le LAM est également très impliqué dans la chaine de traitement des données d’observation.
L’équipe scientifique du projet Herschel attend donc avec impatience le lancement du satellite, puis la réception des premières données, pour pouvoir enfin récolter les fruits de plusieurs années de travail… et peut être faire de nouvelles découvertes essentielles pour faire avancer notre compréhension des phénomènes en jeux dans la formation et l’évolution de notre Univers et des objets qui le composent.

Rappel :
Pour faire découvrir cette fabuleuse aventure scientifique et technique, l’Observatoire Astronomique de Marseille Provence et le Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (LAM – OAMP / CNRS/Université de Provence) en collaboration avec l’association Andromède ont réalisé l’exposition « Regard sur l’invisible, Herschel et le ciel infrarouge ». Cette exposition interactive et didactique sera présentée jusqu’en octobre 2009 à l’Observatoire de Marseille (plateau Longchamp).
Jours et horaires des visites
Les visites sont ouvertes au public les samedis de 14h00 à 17h30 et du lundi au samedi de 14h00 à 17h30 pendant les vacances scolaires (sauf jours fériés) / Tarif adulte : 6 euros – Tarif enfant (jusqu’à 18 ans) et étudiant : 4 euros.
Pour les scolaires et les groupes : les visites sont ouvertes du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00 sur réservation (information et réservation au 04 95 04 41 26 ou par mel : andromede@oamp.fr)
Pour en savoir plus sur cette exposition : www.oamp.fr/expo-herschel/
Cette exposition a bénéficié du soutien du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, du Conseil Général des Bouches du Rhône, de la Délégation Régionale à la Recherche et à la Technologie, de la ville de Marseille et de Thales Alenia Space.



Les actualités 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 LE CLATHRATE D'AMMONIAC : UNE NOUVELLE PHASE SOLIDE À PRENDRE EN COMPTE POUR TITAN, ENCELADE ET D'AUTRES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE Voeux du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille L’INSTRUMENT SPHERE RÉVÈLE LES PETITS MONDES ROCHEUX ET GLACÉS DE NOTRE SYSTÈME SOLAIRE Un nuage de gaz géant enveloppant une dizaine de galaxies L’origine de l’océan caché d’Europe expliquée par son accrétion à partir de briques centimétriques Inauguration d'un Laboratoire Commun avec le groupe THALES Première découverte d’une exoplanète par imagerie directe pour SPHERE La mission PLATO adoptée par le Comité du Programme Scientifique de l'ESA Rosetta dévoile les secrets de l’origine du xénon Exoplanet mission gets ticket to ride La comète « Tchouri » aurait mis plusieurs millions d’années à se former Emmanuel Hugot, l’excellence au service de l’innovation en instrumentation pour l’astrophysique ! Rosetta : de nombreux changements détectés à la surface de la comète 67P/Churyumov-Gersimenko Un regard détaillé sur des galaxies naissantes Une des facettes de l'astronomie marseillaise à découvrir La toile cosmique dans l'Univers distant dévoilée pour la première fois par le sondage VIPERS Mise en évidence de la contamination de la surface des astéroïdes par les poussières interplanétaires Feu vert pour la mission SVOM Meilleurs Voeux - Best Wishes 2017 Proxima b, une exoplanète recouverte d’un océan ? 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120
© LAM - Laboratoire d’Astrophysique de Marseille

Pôle de l’Étoile Site de Château-Gombert
38, rue Frédéric Joliot-Curie 13388 Marseille cedex 13 FRANCE

Tél : +33 4 91 05 59 00
Fax : +33 4 91 62 11 90