lam25 lam2 lam1 lam3 lam4 lam5
Accueil | Annuaire | English | Intranet | Webmail | Dircom |
Accueil > Anciennes pages d’équipe > Milieu Interstellaire (MIS) > RECHERCHE > Résultats scientifiques récents > Résultats scientifiques récents

 Résultats scientifiques récents



Résultats scientifiques récents

  • Etude de la formation des étoiles en bordure des régions HII de forme bipolaire (Deharveng et al. 2015)
  • L’émission continue de la poussière froide observée à 870 microns (avec la caméra APEX-LABOCA) autour de la région HII Galactique RCW 120 révèle la présence de nombreuses condensations denses et massives adjacentes à cette région. Des étoiles de seconde génération se forment dans ces condensations (Deharveng et al. 2009). L’observation de cette région par Herschel montre la présence d’une source de Classe 0 de forte masse, probablement formée par le mécanisme dit « accumulation et effondrement » (Zavagno et al. 2010).
  • De la spectroscopie intégrale de champ dans le proche IR, obtenue au VLT, sur de jeunes objets stellaires détectés à la périphérie de trois régions HII Galactiques, a permis de déterminer la nature et l’état d’évolution de ces sources. Les images obtenues à haute résolution angulaire, dans le continu et dans les raies Bracket gamma et H2, dévoilent la morphologie de ces objets, en montrant des disques en rotation et des jets puissants (Martins et al. 2009).
  • Les images obtenues par le satellite Spitzer ont montré la présence de centaines de bulles dans le plan Galactique. Un échantillon de 102 bulles a été étudié dans un domaine de longueur d’onde allant de l’IR à la radio. Plus de 86% des bulles entourent des régions HII et 98% d’entre elles contiennent de la poussière chaude émettant à 24 microns, située dans la zone ionisée. Nous avons utilisé le sondage ATLASGAL du plan galactique à 870 microns pour détecter la matière neutre dense accumulée à la périphérie des bulles. Nous estimons qu’un quart des bulles peut avoir induit la formation d’objets massifs de seconde génération (Deharveng et al. 2010).
  • Quarante cœurs denses situés dans la région de formation stellaire active NGC 6334–6357, ont été étudiés afin de détecter la présence dans ces cœurs de sources massives de Classe 0. Vingt de ces sources ont été découvertes (Russeil et al. 2009). Elles vont être maintenant étudiées grâce aux observations obtenues avec le satellite Herschel, et à haute résolution angulaire dans le domaine millimétrique avec l’interféromètre ALMA.
  • En octobre 2009 nous avons obtenu les premières images Herschel de régions HII Galactiques, proposées comme pouvant induire de la formation stellaire. Ces images, qui couvrent le domaine allant de 100 microns à 500 microns, montrent la présence de sources jeunes, profondément enfouies dans des condensations denses à la périphérie du gaz ionisé. Certaines de ces sources ne sont pas observées à plus courtes longueurs d’onde. Ces images nous permettent de mieux comprendre l’histoire de la formation stellaire dans ces régions, en particulier l’origine de cette formation stellaire.


© LAM - Laboratoire d’Astrophysique de Marseille

Pôle de l’Étoile Site de Château-Gombert
38, rue Frédéric Joliot-Curie 13388 Marseille cedex 13 FRANCE

Tél : +33 4 91 05 59 00
Fax : +33 4 91 62 11 90